Le Salem. La plus grande escroquerie maritime jamais enregistrée

Le 17 janvier 1980, le superpétrolier libérien de 200.000 tonnes coule au large du Sénégal.

La cargaison était destinée à la France. La compagnie Shell, qui avait acheté le pétrole (d’origine koweitienne) en cours de voyage à la compagnie suisse Pontoil, de Lausanne – ne s’était pas inquiétée outre mesure de la longue durée du voyage du Salem car, avait-il indiqué, « cela nous arrangeait ».

Mais les enquêteurs de la célèbre compagnie d’assurance Lloyds furent intrigués par le fait que le navire approchait seulement des Canaries trente-sept jours après son départ de Koweït. Selon les assureurs londoniens, qui se fondaient sur le témoignage d’un marin tunisien du navire, le bâtiment avait été sabordé après que sa cargaison de 193 000 tonnes de pétrole brut eut été déchargée dans un port de l’Afrique du Sud – probablement Durban – et remplacée par de l’eau de mer.

à 42 :15 : « 300 millions de francs se sont volatilisés ».

Quel cerveau machiavélique a bien pu être à l’origine de cette immense escroquerie ?

Réponse à 29:38

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *