Le compte rendu du procès Ryssen du 2 décembre 2020

L’auteur Hervé Ryssen comparaît aujourd’hui devant le tribunal de Paris à cause de deux malheureux tweets qui datent d’octobre 2017. Détenu depuis septembre par la volonté du ministère public, il comparaîtra sous escorte.

Ses avocats sont Maître Bonneau et Maître Viguier.

Hervé Ryssen fait opposition d’un jugement de 2018 qui l’a condamné à une année d’emprisonnement ferme.

La présentation de l’audience par Maître Viguier :

Les soutiens de Hervé Ryssen sont présents dans le tribunal. L’accès à la salle d’audience est limitée à 28 personnes à cause des mesures sanitaires.

Présence de Noémie Madar, présidente de l’UEJF, et de Frédéric Haziza :

Présence également de Henry de Lesquen :

Un premier croquis :

15h10 : arrivée de Hervé Ryssen

15h30 : Maître Bonneau plaide la nullité de procédure pour un manque de précision dans les accusations portées contre Hervé Ryssen.

16h00 : Maître Liliti et Maître Soskin ont plaidé.

16h05 : le Procureur de la République considère qu’il n’y a aucune atteinte aux droits de la défense et demande que les nullités ne soient pas retenues. La présidente du tribunal décide que ces questions seront délibérées en même temps que le fond de l’affaire.

16h10 : le compte Twitter de Hervé Ryssen est en question. Hervé Ryssen assume le fait que ce soit son compte. Ses tweets du 16 octobre 2017 sont évoqués.

16h30 : Hervé Ryssen assume ce qu’il a écrit sur le rôle de certains juifs dans la révolution russe. Hervé Ryssen se défend d’avoir parlé « des juifs » par généralité. Hervé Ryssen évoque l’eschatologie juive et son lien avec le mondialisme.

16h45 : calme, la présidente du tribunal interroge Hervé Ryssen : « Qu’est-ce que le fanatisme juif ? »

17h05 : évocation du tweet qui publiait un photomontage mêlant La Vérité si je mens et Auchwitz. Hervé Ryssen précise que le but de cette publication n’a rien à voir avec le négationnisme. Entrée de Frédéric Haziza dans la salle.

17h15 : Hervé Ryssen parle de sa situation personnelle. Le tribunal évoque son casier judiciaire (17 condamnations). Hervé Ryssen affirme qu’il n’a jamais fui la justice et qu’il s’est rendu à toutes les convocations.

17h30 : Hervé Ryssen appelle au débat sur les millions de chrétiens massacrés en Union soviétique. Hervé Ryssen déclare « ne plus vouloir écrire le mot de quatre lettres, trop de risques. Ma décision est prise, je l’ai fait savoir ».

18h00 : l’avocate de la LICRA demande à Hervé Ryssen s’il croit à la Shoah et l’interroge sur le nombre de morts. Hervé Ryssen répond « qu’on ne peut dire que 6 millions voire 12 ou 18 ». Hervé Ryssen assume être un judéologue.

18h10 : les avocats des parties civiles posent des questions pour piéger Hervé Ryssen à propos de l’antisémitisme. Hervé Ryssen appelle au dialogue et à la tolérance. Réponse aux parties civiles (LICRA, MRAP, J’accuse) : « Mon cœur est ouvert, je peux parler de tout. Vous, vous avez des dogmes et m’interrogez comme un tribunal d’inquisition ».

18h20 : Noémie Madar est à la barre. Elle témoigne en affirmant que Ryssen provoque à la haine. Elle est effarée du soutien apporté à l’écrivain. Elle parle d’une « meute d’antisémites » que Ryssen « pousserait à la haine ». Puis c’est Ilana Soskin (avocate de la LICRA) qui poursuit. Elle compare Hervé Ryssen à Josef Mengele puisqu’il prétend être à la fois scientifique et spécialiste du judaïsme. « La présence de ces gens m’indispose » dit-elle à propos des personnes venues soutenir Hervé Ryssen.

18h30 : l’avocat du MRAP dit que Ryssen n’assume pas son antisémitisme et se cache derrière les livres des autres. Il trouve normal le fait que Ryssen soit emprisonné. Il évoque encore la mémoire de l’holocauste. Il qualifie Hervé Ryssen de « plus grand faussaire de la France contemporaine ».

19h00 : Stéphane Lilti, avocat de l’UEJF, déclare que « le sujet de Ryssen n’est pas le judaïsme mais les juifs et leur projet d’extermination des autres peuples ».

19h10 : début des réquisitions du procureur de la République. Il défend l’idée que le photomontage est négationniste et antisémite. Il requiert donc la condamnation de Ryssen au titre de la contestation de crime contre l’humanité.

Source : https://www.egaliteetreconciliation.fr/Suivez-en-direct-le-compte-rendu-du-proces-Ryssen-du-2-decembre-2020-61986.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *